couv49013744

Quatrième de couverture :

En 1968, Brian Aldiss imagine une expérience aux proportions babyloniennes pour mesurer les effets de la surpopulation.

 

L'histoire :

La quatrième de couverture étant assez brève, je vais la compléter par un texte issu de la présentation du livre sur le site internet des éditions Le passager clandestin : "Début du XXIe siècle. La terre semble avoir résolu ses problèmes de surpopulation et de famines. Et tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes, s’il n’y avait « la Tour ». Mélange de plastique, de béton et d’acier, le fameux édifice – dix niveaux de cinq étages chacun – a été érigé en Inde en 1975 dans le cadre d’une expérience. À l’origine, 1 500 volontaires – dont 500 couples – de moins de 25 ans y furent introduits afin d’étudier le comportement d’individus soumis au confinement. 25 ans plus tard, 75 000 personnes pullulent à l’intérieur. Le conditionnement a si bien fonctionné que personne ne semble vouloir sortir, ni même imaginer qu’une autre réalité extérieure soit possible. Pourtant, un certain Thomas Dixit est chargé de mesurer l’intérêt de poursuivre l’expérience de La Tour."

 

Mon ressenti :

Le début du livre est très prenant car le lecteur se retrouve plongé dans la vie de la tour. On commence par la tour à la fin, une fois vidée de ses habitants, puis l'auteur revient en arrière et nous plonge dans le quotidien des habitants durant l'expérience. Cela rend les conditions de vie, la surpopulation encore plus marquants. La suite est tout aussi intéressante, le lecteur va pouvoir observer les interactions entre une personne de l'extérieur et ces habitants vivant dans un milieu confiné. Par contre la fin est un peu décevante car elle se situe trop tôt dans le déroulement des événements.

Le style de l'auteur est très efficace puisqu'en quelques mots il arrive à nous faire visualiser les conditions de vie dans cette tour infernale ou encore à nous faire comprendre les sentiments des personnages. Il est, de plus, très agréable à lire.

Difficile de parler d'un personnage en particulier, ils sont nombreux, reflet de la multitude qui peuple la tour. Les personnages de l'extérieur Dixit et Crawley sont bien entendu plus détaillés, puisqu'ils ont un rôle important à jouer dans l'avenir de la tour. Mais je garde une certaine affection pour cette multitude grouillante et anonyme.

J'ai particulièrement apprécié le début du livre, quand la vie dans la tour nous est présentée, que le décors est planté et qu'en même temps nous pouvons lire les réflexions d'une des personnes du dehors, Dixit. Je n'ai pas aimé les passages où l'auteur expliquait que cette expérience avait pu être menée sur des hindous, car du fait de leur religion ils acceptaient leur destin. Ceci dit "les races blanches" (dans le texte) en prennent aussi pour leur grade. 

Voilà un texte bien cours, mais riche en idées et réflexions sur la société (l'éthique et la science, la capacité d'adaptation de l'homme, ou encore les problèmes de compréhension entre personnes ayant des modes de vie différents). J'en ai vraiment apprécié la lecture,d'autant plus que la mise en page est très agréable. Par contre j'ai regretté que l'auteur n'aille pas plus loin dans ses réflexions et ne prennent pas en compte la réinsertion des habitants de la tour une fois sortie de celle-ci. De plus les réflexions de l'auteur sur les Hindous  m'ont dérangée. Je salue la présentation et notamment la "synchronique du texte" à la fin du livre qui introduise l'auteur et présente l'écriture du texte dans son contexte. C'est un vrai plus.

 

Merci à Babelio et aux éditions Le passager clandestin qui m'ont permis de découvrir ce livre dans le cadre d'une opération Masse Critique.

logo2