couv40379089

Quatrième de couverture :

Raphaël est un drôle de vampire. Non seulement il est vieux et immortel, mais il entretient un rapport ambigu avec le Vatican. Pour tout dire, il travaille en sous-main pour lui… comme espion assassin. Normal, avec ses dons de vision, ses capacités surnaturelles, Raphaël ne peut être qu’un agent hors normes ! Or, voici qu’il doit se rendre au Brésil, mis sur la trace d’un dangereux nazi en fuite, qu’il doit capturer… ou éliminer. Accompagné d’un prêtre, Ignacio, et d’une vampire, Dana, le voici embarqué dans une sombre aventure où la moindre erreur peut se révéler fatale. Mais Raphaël pense. Lui.

 

L'anthologie des Imaginales 2013 m'a permis de découvrir Jeanne-A Debats à travers les aventures de Raphaël. J'en voulais plus ! Je me suis donc empressée d'acheter Métaphysique du Vampire aux Editions Ad Astra. 

 

Mon ressenti : 

Le début du livre colle le lecteur directement dans le bain, le héros est un vampire, certes, mais pas n'importe lequel. Il bosse quand même pour le Vatican ! Les choses sont tellement bien présentée que cela ne parait pas aberrant, comme le reste de l'histoire, d'ailleurs, qui semble couler de source. Pourtant on se retrouve avec un joyeux mélange de nazis, d'expérimentation sur le vampirisme, de divinités païennes... le tout sur fond de carnaval de Rio. Il y a de quoi avoir peur des couacs. nulle inquiétude à avoir, l'histoire se dévore du début jusqu'à la fin sans soucis.

Qu'est-ce qui fait fonctionner ce joyeux "bordel" ? L'écriture de Jeanne A Debats bien sûr. Elle arrive à lier tous ces sujets à grand renfort d'humour et d'ironie. Les situations sont dépeintes sans compromis. Le langage est familier, mais jamais vulgaire. Bref tout est bien dosé.

Et il y a bien sûr Raphaël. Voilà un sacré personnage. Comment ne pas craquer pour son humour, son ironie, son sarcasme, son oeil avisé sur la société, sans concession. J'adorerais lire Les maximes de Raphaël, ça vaudrait le détour. Il n'est pas tout seul dans cette histoire, bien sûr, mais son personnage suffit pour remplir l'histoire et éclipser les autres personnages.

J'ai adoré le début du livre car il présente Raphaël et en quelques mots on saisi la teneur du personnage. Celui-ci n'hésite pas à faire un détour pour aller tâter les fesses de la statue de Saint Michel en haut du Château Saint Ange (on les retrouve sur la couverture du livre, en position tout à fait honorable).

Une lecture réjouissante, mais avec l'effet de surprise en moins concernant le personnage de Raphaël, puisque j'ai lu une nouvelle à son sujet. J'ai hâte de retrouver ce personnage dans d'autres nouvelles déjà parues.