39372-w175

Quatrième de couverture :

Et si les extraterrestres nous observaient la nuit ? Et si l’on pouvait se concentrer à l’extrême sur un seul sujet ? Ou connaître tout notre avenir depuis l’enfance ? Ou bien avoir des rendez-vous réguliers avec un visiteur du futur ? Et si on pouvait désinventer des inventions ?
L’anthologie officielle des Utopiales rassemble des auteurs importants de l’imaginaire mondial et francophone et rend, cette année, un hommage à Roland C. Wagner.

Avec : Neil GAIMAN, Robert Charles WILSON, Sara DOKE, Claude ECKEN, Pierre BORDAGE, AYERDHAL, Nancy KRESS, Laurent QUEYSSI, Laurence SUHNER, Xavier MAUMÉJEAN, Tommaso PINCIO.

Presque un an après son achat, j'ai enfin lu l'anthologie des Utopiales 2012. Cette lecture m'a pris un peu de temps car il s'est avéré qu'il manquait 16 pages à la dernière nouvelle. J'ai donc échangé cet exemplaire amputé, par un entier lors des Utopiales 2013. 

 Mon ressenti :

  • "Origines", préface de Roland Lehoucq et Ugo Bellagamba

 Une très belle préface qui donne envie de lire l'anthologie (ça tombe bien).

  • Origo, de Pierre Bordage

 C'est un joli texte, dans la plus grande tradition de la science fiction. Très bien pour commencer l'anthologie.

  • Fae-space, de Sara Doke

Etrange mélange de fées et de voyage interstellaire. Je n'ai pas accroché à cette nouvelle même si les idées étaient intéressantes (les fées sont la nouvelle minorité, tout en étant les être les plus développés).

  • L'Observatrice, de Robert Charles Wilson (traduction : Gilles Goullet)

Un texte assez complexe quand on essaye de tout appréhender. L'auteur a construit tout un contexte, un univers pour cette nouvelle. Il a intégré des personnages célèbres à son histoire, je n'ai pas compris quelle en était l'utilité. Tout de même une très bonne lecture.

  • La Finale, de Nancy Kress (traduction : Eric Holstein)

En un mot : génial ! Je crois que je suis en train de devenir une fan de cette auteure. L'idée centrale de la nouvelle est que les relations humaines sont des parasites, que se passe-t-il quand on veut en diminuer l'impact afin d'augmenter son efficacité? Un résultat étonnant. Une très bonne idée, très bien narrée.

  • La Chose du lac, de Laurence Suhner

L'auteur nous concocte un joyeux mélange : dans une ambiance digne d'Agatha Christie ou d'Arsène Lupin, elle intègre un monstre venu de l'espace. Un mélange étonnant mais qui fonctionne à merveille.

  • "Et pleurer, comme Alexandre", de Neil Gaiman (traduction : Gilles Goullet)

Un petit texte rigolo. Le personnage central est un désinventeur. Quand il pense avoir fini son travail, il se retrouve entouré de personnes obnubilées par leur téléphone portable. A votre avis que va-t-il faire? Une nouvelle sous forme de grosse blague.

  • La Fin de Léthé, de Claude Ecken 

Une très belle nouvelle, même si j'ai rapidement vu venir le dénouement. Un parallèle entre une vie humaine bien classique qui touchée par la maladie se retrouve en pleine science fiction.

  • Petite Excursion à l'endroit des atomes, de Tommaso Pincio (traduction : Milena Ascione)

Nouvelle difficile à décrire qui m'a scotchée. Avec une plume trempée au vitriole, l'auteur nous dépeint un monde où les enfants rendus difformes par la radioactivité sont la norme, le tout sous fond de critique de l'état italien.

  • En attendant demain, de Laurent Queyssi et Xavier Mauméjean 

 Que ferions-nous si nous connaissions le futur ? La nouvelle présente une réflexion intéressante, mais qui ne m'a pas touchée, sur ce thème.

  • RCW, d'Ayerdhal 

Allez, j'avoue : je n'ai pas tout compris. On va dire que c'est la faute aux pages manquantes (ou pas), qui m'on fait lire cette nouvelle en deux temps. Ou bien je l'ai lu à jeun... En bref une nouvelle hommage à Roland C. Wagner complètement déjantée.

D'autres avis chez Snow, blackwolf, Vert, Tigger Lilly

logo1n°9