couv49955641

ID :

Auteur : Hannah Kent - Edition : Presses de la Cité - Parution : 15/05/2014 - 396 pages - Prix : 21€ - Genre : historique

Quatrième de couverture :

Dans le nord de l'Islande, en 1829, Agnes Magnúsdóttir est condamnée à mort pour l'assassinat de son amant, Natan Ketilsson. En attendant que la sentence soit exécutée, Agnes Magnúsdóttir est placée en résidence surveillée à Kornsá, dans la ferme de l'agent de sécurité du canton, Jon Jonsson, avec sa femme et leurs deux filles. Horrifiées à l'idée d'héberger une criminelle, les membres de la famille évitent tout contact avec Agnes, qui leur inspire autant de peur que de dégoût. Seul Totti, le jeune révérend que la meurtrière a choisi comme guide spirituel pour la préparer à sa fin prochaine, tente de la comprendre. Alors que les mois passent, contraints de partager le quotidien, de travailler côte à côte cette terre gelée et hostile, le fermier et les siens se laissent peu à peu apprivoiser par la condamnée. Encouragée par le pasteur, Agnes livre le récit de sa vie, de son amour pour Natan, et des semaines qui ont conduit au drame, laissant entrevoir une vérité qui n'est pas forcément celle que tous pensaient connaître. Inspiré de la véritable histoire d'Agnes Magnúsdóttir, la dernière femme condamnée à mort en Islande, A la grâce des hommes est un roman sur la vérité, celle que nous croyons savoir et celle à laquelle nous voulons croire.

 

Voici un livre découvert grâce à Babelio et aux Presses de la cité dans le cadre d'un masse critique. Une occasion unique pour découvrir des livres que je n'aurais peut être pas eu entre les mains.

 

Mon ressenti :

Le début du livre est un brin déroutant et m'a demandé un petit temps d'adaptation. Il alterne entre le récit de la captivité de Agnes Magnúsdóttir, mais narré par différents personnages, dont Agnes, et la lecture de documents officiels d'archive en relation avec l'affaire. Passé cela,  j'ai lu avec attention l'histoire d'Agnes, mais j'ai surtout apprécié la découverte de la vie en Islande au début du XIXème siècle. Une vie très rude, plutôt une survie même. Coupable ou non coupable ? Le lecteur peut se poser la question, mais je n'ai pas trouvé que c'était l'élément le plus important de l'histoire. Au fil des pages, on en apprend plus sur Agnes, mais l'on voit aussi des relations se nouer entre ses "gardiens", le pasteur sensé lui faire expier ses péchés... et on en découvre toujours plus sur l'Islande, la vie des fermiers dans leur maison en tourbe, la vie rythmée par les saisons. Même si la vie d'Agnes est romancée, elle semble très probable, ainsi que sa fin.

L'écriture de Hannah Kent est facile à lire. J'ai trouvé intéressante sa façon de faire narrer l'histoire par différents personnages et d'alterner avec des documents officiels. Cela rythme bien le récit.

Agnes est une femme intéressante, "trop" cultivée pour sa situation (servante dans des fermes),elle le paiera très cher. Le récit de sa vie nous fait découvrir la hiérarchisation de la société en Islande et il est facile de se prendre d'affection pour elle, bien que certaines de ses réactions nous fasse réviser notre jugement sur son caractère et son éventuelle culpabilité. Qui est Agnes ? Nous ne le saurons jamais.

Au final, j'ai trouvé cette lecture très intéressante,surtout par la découverte de la vie en Islande au début du 19ème siècle.

"Je ne dis rien. Je suis résolue à me fermer au monde. Je veux endurcir mon coeur et m'accrocher à ce qui ne m'a pas été encore volé. Je ne me laisserai pas glisser vers le néant. Je me retiendrai à ce que je suis, je le garderai contre moi, je fermerai les poings sur tout ce que j'ai vu, senti et entendu - les poèmes que j'ai composé en lessivant, en fauchant ou en cuisinant jusqu'à en avoir les paumes à vif, les sagas que je connais par coeur. Tout cela, je l'emporterai sous l'eau avec moi. Mes mots ne seront plus que des bulles d'air. Nul ne pourra les retenir. Ceux qui me regarderont verront une putain, une folle, une meurtrière, une créature qui rougit l'herbe de sang et rit à gorge déployée, la bouche pleine de terre. Ils prononceront le mot "Agnès" et verront une sorcière, une araignée prise dans sa propre toile. Ou un agneau encerclé par les corbeaux, bêlant pour appeler sa mère. Mais ils ne me verront pas, moi. Je ne serai pas là."

"Nous ne manquions de rien,contrairement à Gudrúnarstadir, à Gafl ou à Gilsstadir, où j'avais souffert de la faim. Là-bas, il m'était même arrivé de devoir nourrir les gamins avec des bouts de chandelle et de mâchonner un peu de cuir bouilli pour tromper mon estomac!"