couv58970696

ID :

Auteur : Romain Sardou -  Editions : Pocket - Parution : 03/09/09 - 448 pages - prix : 7,70 € - genre : policier, fantastique, historique, 

 

Quatrième de couverture:

Hiver 1288. Dans une paroisse isolée du Quercy, une troupe d'hommes en noir s'empare d'un enfant. Refusant d'admettre le pire, le prêtre du village, le père Aba, se lance à la poursuite des ravisseurs. 
Au même moment, à Rome, l'éminent enquêteur Bénédict Gui accepte une nouvelle mission : retrouver un jeune homme employé par l'administration du pape. Lui aussi a été enlevé par des hommes en noir. 
Disparitions d'enfants qui se multiplient, archives escamotées, cardinaux assassinés... Dans ce Moyen Âge ou le pouvoir de l'Église est plus fort que jamais, un drame se prépare. 

 

Quelques mots :

Certains s'interrogent du pourquoi d'autant de challenges? J'aime bien les échanges, donc cela répond en partie à la question. De plus, cela me fait farfouiller dans ma pal et sortir des livres qui y dorment. C'est le cas ici.

 

Mon avis :

Cette lecture s'annonçait plutôt bien (c'est mauvais signe, je sais, d'utiliser le passé). Elle présentait un certain nombre d'éléments pouvant me plaire entre le mélange : moyen âge, enquêtes, pouvoirs obscures de l'église ect. Durant la lecture ces différents éléments sont bien retrouvés, avec le fantastique qui s'invite en plus en cours de route. Mais malgré cela, la sauce n'a pas pris. Et là, c'est le drame ! car j'ai bien du mal à expliquer pourquoi. J'ai trouvé certains éléments un peu téléphoné, ATTENTION SPOILER!!!! par exemple pour le petit Perrot, un enfant dont on suit l'enlèvement, forcément c'est l'enfant du prêtre. Pourquoi? qu'est-ce que cela apporte? Sur la part fantastique, le doute aurait pu planer sur les miracles produits, là ce sont des vrais miracles, j'ai envie de dire mouef. J'ai bien du mal à trouver ce qui a cloché dans ma lecture. Je pourrais ajouter une fin très rapide, qui sert les dénouements à la pelle, un peu plus de développement n'aurait pas fait de mal.

Au niveau écriture, rien à redire, c'est bien écrit. L'alternance se fait entre les récit ayant le père Aba comme personnage principale, puis Bénédict Gui. Leur histoires s'expliqueront conjointement à la fin du récit. Une construction assez classique pour tenir le lecteur en haleine. Mais pour une fois, cela n'a pas fonctionné avec moi.

Les personnages principaux sont nombreux, je retiendrais le père Aba, plutôt père que prêtre, qui tente le tout pour le tout pour retrouver son fils et Benedict Gui, qui comme le dit son enseigne a réponse à tout. Avec lui je touche le doigt de ce qui m' a le plus manqué dans ce récit. Il est présenté comme faisant des enquêtes fabuleuses, trouvant toutes les réponses... Mais, on ne va pas beaucoup suivre ses enquêtes, il va tout découvrir sans que l'on sache comment et je trouve cela très frustrant.

Pour conclure, une lecture facile qui pourrait coller avec l'été et la plage, mais qui ne m'aura pas passionnée, malgré des éléments prometteurs.

 

e7f5ef0f8e0f1b9acada323af35e7 "Nous"