9782373050073FS

ID :

Auteur : Michèle Astrud - Edition : Aux Forges Vulcain - Parution : 07/01/2016  - 306 pages - Prix : 19 € - Genre : SF, post-apocalyptique

  

Quatrième de couverture :

« Je suis le guetteur de la nuit, le gardien des hautes cimes. Je surveille l’arrivée du désert, l’avancée des tempêtes, bientôt la maison sera ensevelie sous le sable. Seuls ceux qui habitent les étages les plus hauts arriveront à survivre. » Dans un monde en déliquescence, la sécheresse et la canicule font des ravages, l’égoïsme et l’anarchie règnent, et chacun lutte férocement pour sa survie. Antoine, un ancien professeur, rend quotidiennement visite à sa fille Chloé qui, suite à un événement traumatique dont il se sent coupable, souffre de graves troubles de la mémoire et réside depuis des années dans une maison pour enfants malades. Antoine se bat contre l’oubli et la destruction, en photographiant son environnement en train de disparaître, et en reconstruisant sa relation douloureuse avec Chloé. C’est alors que réapparaît Sonia, son amour de jeunesse, devenue documentariste de renom, mais elle meurt avant qu’ils ne puissent tourner la suite du film qu’ils avaient jadis commencé ensemble. Antoine décide de partir sur les routes avec Chloé, dans l’espoir que ce voyage lui permette de sauvegarder les archives de Sonia, et de les sauver eux-mêmes.

Dans une atmosphère des derniers jours où l’obscurité gagne, dans une errance où l’oubli croît, Antoine réussira-t-il à assumer son rôle de père ? Chloé arrivera-t-elle à grandir ? Parviendront-ils, ensemble, à retrouver la lumière ?

 

Mon avis :

En mode curieuse, je me suis laissée tenter par ce récit post-apocalyptique atypique. Pourquoi atypique me direz-vous ? Car plutôt que de nous faire un cours de survie en conditions extrêmes (suite à des dérèglements climatiques), l'auteur s'attache à décrire les interactions entre humains. Mais revenons au début du récit. Le lecteur ne sait pas ce qui c'est passé, il découvre à travers le récit du principale protagoniste, Antoine, l'état du territoire français. Celui-ci retourne sur son lieu de travail dévasté, petit à petit, il va nous décrire son environnement, les villes abandonnées, les vols, la sécheresse, la décrépitude... Antoine n'est pas parti, car il va voir sa fille placée en institut. Le texte va explorer cette étrange relation père-fille et nous présente l'expérience traumatique de Chloé. Le caractère post-apocalyptique n'est alors qu'une trame de fond, servant de prétexte à un road movie, quand Chloé doit quitter la clinique où elle réside. 

Une vielle histoire d'amour avec Sonia, une cinéaste, refait surface et donne un but au cheminement des deux personnages. Antoine décide de sauver l'œuvre cinématographique de Sonia, ce qui implique de récupérer ses films et d'aller les mettre en lieu sûr. On découvre alors les histoires d'amour passées d'Antoine. Tout tourne autour de son passé et de l'agression dont a été victime Chloé. Ils ont beau traverser la France, cela leur permet surtout de se découvrir et pour le lecteur d'explorer leur lien.

L'écriture est particulièrement bien soignée. Les sentiments ambiguës des personnages très bien rendus. On ne sait pas où l'auteure va nous emmener, mais on la suit.

Ici point de super héros, mais de simples humains dont la vie continue même si le monde s'écroule. Des humains au passé lourd, fêlés, qui tentent de se réparer, de se retrouver. Le personnage d'Antoine m'a cependant dérangé. J'ai trouvé son comportement vis à vis de sa fille traumatisée très étrange. Il l'observe comme un animal bizarre, mais paraît détaché de ce qui lui est arrivé, bien qu'il ait sa part de responsabilité. J'ai été gênée qu'il ne se remette pas en cause. 

Pour conclure, Nous entrerons dans la lumière de Michèle Astrud est une sorte de road movie en huis clos. Il est très bien écrit, mais l'ambiance étrange qu'il véhicule m'a semblé pesante. Le comportement d'Antoine, le personnage principal, m'a mis mal à l'aise. Un livre à lire si vous vous intéressez à la psychologie des personnages, moins pour le côté post-apocalyptique, qui sert de prétexte au voyage. 

 

D'autres avis chez : Valunivers, Cornwall...