1v2

Quatrième de couverture : 

« Echelle, escale.Dans la Marine, jusqu’au milieu du XIXe siècle, les deux termes étaient synonymes. Pour avoir la même racine : scala en italien. On pouvait désigner des ports méditerranéens comme des échelles du Levant. Maintenant, on dit seulement escale. Une escale est un lieu où l’on pousse une échelle. »

Richard Baron, photographe, monte à bord par l’échelle de coupée, rencontre les marins de passage, approche leurs regards, leurs attitudes. Elizabeth Gueuret, sociologue, poursuit son étude de la transformation des métiers maritimes et portuaires publiée dans la collection « Long cours » chez Light Motiv. A travers les témoignages des marins, des personnes vouées à leur accueil sur Dunkerque, elle nous parle ici de la transformation du temps de l’escale, un temps de pause devenu progressivement un temps de travail intense.

ESCALE est le cinquième ouvrage de la collection « Long cours ».

 

Grâce à La voie des indés sur Libfly, j'ai pu découvrir cet ouvrage des éditions Light Motiv. Je l'ai choisi  parce que j'aime beaucoup la mer, mais aussi les ports. Pas de fantasy ici, la vie, la vraie.

Mon ressenti :

Ce livre est d'un genre particulier, il allie le texte et les images. Mais les images font partie intégrante de la narration, elles, aussi, parlent et nous narrent l'escale. Elles sont d'ailleurs notre premier contact avec le sujet par la couverture, où figure un escalier, que l'on imagine faire le lien entre le pont et le quai. Le décors est planté. Les photos de Richard Baron vont aussi bien présenter les bateaux, la mer, que les marins. Elles nous plongent dans l'univers de ces hommes fantômes, que l'on ne voit pas à terre car ils ont peu ou pas de temps pour y descendre ou bien parce qu'ils sont cantonnés dans certaines zones. Le photographe a su capté leur essence, hommes un peu effacés, pas vraiment là, ou bien semblant rêver à leur prochain départ. Il nous apporte un témoignage visuel sur le cadre de vie de ces marins, les immenses paquebots, la salle des machines, les zones interdites, la mer... Je trouve ces images à la fois belles et inquiétantes. Quelle place peut trouver l'homme dans cet environnement ?

Le texte d'Elizabeth GUEURET nous narre ce que nous avons pu deviner en partie grâce aux images : les conditions de vie de ces hommes, leurs origines, leur travail... Le texte permet d'aller plus loin et nous donne des billes pour comprend ce qu'est l'escale pour ces hommes toujours en transit. D'un instant jadis plaisant, elles sont maintenant un condensé de contrôles, de travail à faire en peu de temps pour des raisons de productivité. L'auteur nous explique l'évolution des rapports humains entre marins, la technologie a rapproché artificiellement les familles, mais a éloigné les hommes.

J'ai trouvé que textes et images se mêlaient très bien. Ces alternances sont propices au voyage de la pensée, à défaut de voyage en mer.

J'ai particulièrement aimé la photo qui est page 43, il s'agit d'un porte conteneur. On se demande comment il peut flotter tellement il y a de conteneurs. Si j'ai retenu cette image, c'est sans doute parce qu'elle me fait un peu peur en l'imaginant en pleine tempête. 

Une citation m'a particulièrement marquée "Et finalement on n'attend qu'une chose, c'est de repartir au large pour pouvoir respirer." Tout est dit.

Une chose m'a manqué, les légendes pour accompagner les photos. J'aurais aimé connaître le nom de ces hommes, dont l'existence est presque niée, ainsi que les noms des bateaux. 

Au final :

Un beau livre qui fait rêver et réfléchir et que l'on se prend à désirer plus gros.

encartLibFly