couv14823656

Quatrième de couverture : 

Dans ce roman, Andrée Maurin décrypte avec justesse l’évolution du sentiment amoureux entre les deux personnages qui succombent à un véritable coup de foudre dès leur première rencontre

Jeanne, la trentaine passée, divorcée depuis quelques années d’un mari ombrageux et jaloux, partage son temps entre son métier de professeur, son chat, qu’elle a recueilli la nuit même de sa rencontre avec Jean, et son journal intime ; c’est à ces deux derniers qu’elle confie ses états d’âme.

Jean, marié à Eléonore, bien plus âgée que lui, est conscient qu’il doit tout à sa femme ; il se débat entre la passion qu’il éprouve pour Jeanne et ses scrupules, sa dette morale envers Eléonore qui l’a accueilli chez elle avec ses deux petits garçons, à la mort de Cécile, sa première femme. A essayer de refouler cet amour qu’il se refuse, il tombe dans une dépression dont rien ne peut le distraire.

Après une année d’attente et de désespoir, un Improbable destin les remet en présence : Jean et Jeanne se retrouvent au cours d’une soirée littéraire et sont emportés malgré eux dans une relation passionnée

LogoLogo Générale 2014 1ère lecture

Mon ressenti (attention avec des gros spoilers) :

Le début du livre présente immédiatement le thème principal du livre, à savoir l'amour de Jeanne pour Jean, qui est marié. Même si la romance n'est pas mon genre de prédilection, je me suis attachée à être objective. Habituellement mes avis sont plutôt subjectifs, mais là pour un genre que je n'affectionne pas particulièrement il me fallait prendre de la distance.  Celle-ci n'aura pas suffit pour que j'apprécie ma lecture. La première moitié du livre alterne entre texte et vers en alexandrin. Les vacances de Jeanne chez sa sœur offrent une digression sur le couple de sa soeur qui bat de l'aile, avec des commentaires du genre si on veut on peut, quand le mari change de point de vue et se met à "aimer sa vie". Autant vous dire que je n'aime pas trop ces leçons sur la vie... Je casse le suspens, Jean trompe sa femme pour Jeanne, mais en gros l'auteur nous explique que c'est de la faute de son épouse, la méchante de l'histoire... Histoire de se débarrasser de celle-ci et que Jean n'ai pas à affronter sa culpabilité, elle meurt à la fin du livre après avoir essayer de l'assassiner, ça résout tout une bonne vieille mort. Ah! J'oubliais pour pimenter le tout, le paranormal s'invite vers la fin du livre avec de la communication télépathique entre Jeanne et Jean, qui est  dans le coma. Là je me suis vraiment demandé ce que ça venait faire là.

L'auteur écrit certes dans un très bon français. Ce que j'ai trouvé bizarre, est, que j'avais l'impression d'être dans un reportage avec des descriptions très froides du genre "Jeanne vit dans un appartement à tel étage rue machin" pour un peu avec le nombre de m² et de fenêtres. On a le droit à des pedigrees pour les personnages, mais sans qu'il y ait d'émotions qui passent. En lisant j'avais l'impression d'entendre une voie off d'envoyé spécial. Les émotions des deux héros sont très détaillées, par contre quand les fils de Jean perdent leur mère adoptive et que leur père a disparu, une seule ligne indique qu'ils sont désemparés, un peu léger quand même.

Le héros s'extasie entre autre en recevant des vers de son aimée, d'une manière générale j 'ai trouvé ses réactions  peu crédibles. J'ai dû mal à imaginer les hommes d'aujourd'hui parler de "mon aimée". Cela ressemble plus à du vocabulaire du 19ème siècle. L'héroïne est présentée comme une femme parfaite. Toutes ses réactions, ses commentaires sont les bons, tombent à point, mais la perfection ça n'existe pas. Je n'ai pas non plus apprécié les raccourcis du genre, Jeanne étant une littéraire est rêveuse, son amie plus scientifique est forcément cartésienne, ici encore des raccourcis un peu faciles.

Au final je n'ai pas du tout apprécié cette lecture, que j'ai trouvé ennuyeuse au début, puis incohérente. Je n'ai accroché ni à l'histoire ni au style.